• The Kavettes, un Girls groupe basé à Chicago ont enregistré deux singles (a ma connaissance) de 1963 à 1964. Le premier sous le nom de Kavetts sur le label Len Dre  records (que je post également sur le blog dans la rubrique Soul) le second en 1964 sur le label Okeh records. Aucunes idées de qui sont les membres de ce groupe. MERCI donc a ceux qui m'apporteront quelques infos. Voici leur single sur Okeh records. CHICAGO SOUND ! 

    THE KAVETTES

    THE KAVETTES

     

    I'm Not Sorry For You

    You Broke Your Promise

     

     

     


    4 commentaires
  • MARIE KNIGHT

    Marie Knight - née le 1er juin 1925 , décédé le 30 aout 2009 - était une chanteuse américaine de Gospel et de R&B. De son vrai nom Marie Roach, elle est née à Sanford, en Floride, mais a grandit à Newark, New Jersey. Son père était un ouvrier du bâtiment, et sa famille était membre de l'église de 'God In Christ' . Elle fait ses débuts de chanteuse par des tournées en 1939 avec Frances Robinson, une évangéliste. Elle épouse le pasteur Albert Knight en 1941, mais l'union s'est terminée par un divorce. En 1946, elle fait ses premiers enregistrements pour Signature records en tant que membre du groupe The Sunset Four (alias The Sunset Jubilee Singers). Peu de temps après, la chanteuse Sister Rosetta Tharpe l'entend chanter au Golden Gate Auditorium à Harlem, en duo avec Mahalia Jackson, elle invite Knight a la rejoindre en tournée. Marie Knight continue d'enregistré et de chanter avec Tharpe durant les années 1940, enregistrant pour Decca records. Elle quitte Tharpe pour chanter en solo autour de 1951, et met sur pied un groupe de soutient "The Millionaires" avec Thomasina Stewart , Eleonore King et Roberta Jones, avec qui elle enregistre l'album "Song Of The Gospel" en 1956. Elle commence a chanté du R&B à la fin des années 1950 pour différant labels, notamment Decca , Mercury , Baton , Okeh , Diamond et Addit records. Son duo avec Rex Garvin, sous le nom de Marie & Rex "I Can Sit Down" sorti sur le label Carlton, atteint le n° 94 sur les chatrs Pop en 1959. dans les années 1950, elle fait également des tournées en Angleterre avec le musicien Humphrey Littleton. Elle tourne ensuite avec Brook Benton , The drifters et Clyde McPhather, et régulièrement, se retrouve sur scène avec Rosetta Tharpe. Elle est resté amis avec Tharpe, et a sa mort en 1973, elle participe à organiser ses funérailles. En 1975, ayant renoncer a chanter la musique profane, elle enregistre un album de Gospel "Marie Knight : Today". En 2002, Knight fait un retour dans le monde 'évangelique' enregistrant un album hommage à Rosetta Tharpe. Elle a également publié l'album "Let Us Together" sur M C records en 2007. Marie Knight meurt à Harlem de complications d'une pneumonie le 30 aout 2009. Voici son 2eme single sur Okeh records sorti en 1962 "Come On Baby (Hold My Hand)/What kind Of Fool (Do You Thing I Am). Marie Knight reviendra avec d'autres chansons !

    MARIE KNIGHT

    MARIE KNIGHT

                Come On Baby (Hold My Hand)             

    What Kind Of A Fool (Do You Think I Am)

     

     

     

     


    votre commentaire
  • JOHNNY WATSON

    Johnny "Guitar" Watson - né le 3 février 1935 à Houston, Texas, décédé le 17 mai 1996 à Yokohama, Japon - était un musicien américain dont la longue carrière a influencé le développement du Blues, de la musique Soul, du Rhythm and Blues, du Funk, du Rock et du Rap. John Watson Jr. nait à Houston (Texas) , son père John Watson Sr. est pianiste et enseigne le piano à son fils. Mais John Watson Jr. est attiré par la guitare électrique telle qu'elle est pratiquée par les guitaristes du Texas, T-Bone Walker et Clarence Gatemouth Brown. Son grand-père, un prédicateur, a également été "musical" , il avait l'habitude de chanté et jouer de la guitare dans l'église. Quand Johnny eut 11 ans, son grand-père lui offre une guitare a la seule condition qu'il ne joue pas la "musique du diable" , Watson accepte, mais c'est la première chose qu'il fait ! Prodige musical, Watson a jouer avec les Bluesmen Texans Albert Collins et Johnny Copeland. Ses parents s'étaient séparés en 1950, alors qu'il avait 15 ans. Sa mère s'installe à Los Angeles et prend Johnny avec elle. Dans sa nouvelle ville, Johnny a remporté plusieurs spectacles de talents local, qui le conduisent à un emploi, encore adolescent, avec des groupe de Jump-Blues, comme Chuck Higgins, The Mellotones et Amos Milburn. Il a travaillé comme chanteur, pianiste et guitariste. Il s'est rapidement fait un nom dans les Juke-Joints afro-américain de la côte Ouest, ou il enregistre d'abord pour Federal records en 1952, sous le nom de Young John Watson jusqu'en 1954. Cette années là, il a vu le film de Joan Crawford "Johnny Guitar" , un nouveau nom de scène était né. Watson avait une personnalité de "fanfaron" mais plein d'humour, se livrant à un goût pour les vêtements flashy est son sens du spectacle sauvage sur scène. Son style d'attaque de jeu au Plectre (petit instrument souvent en plastique) , abouti au besoin de changé de cordes sur sa guitare, une a deux fois par spectacles. En témoigne son album pionnier "Space Guitar" de 1954, utilisant la réverbération. Watson influencera plus tard une génération de guitaristes. sa chanson "Gangster Of Love" est sorti sur Keen records en 1957. Elle ne semblait pas être dans les charts à l'époque, mais fut plus tard réenregistrée et est devenu un Hit en 1978, devenant la plus célèbre de ses chanson.

    JOHNNY WATSON

    Depuis le début des Sixties, il s'associe avec Larry Williams (autre prodige, chanteur, pianiste et compositeur de Rock and Roll) , ils font ensemble une tournée en Angleterre en 1965, et enregistre un album sur decca records "The Larry Williams Show". A leur retour, ils enregistre l'album "Two For The Price of one" sur Okeh records, Larry Williams était alors directeur artistique du label Okeh, succursale R&B de Columbia. En 1975, il est invité sur deux titres (vocal en dehors des chœurs) "San Ber Dino" et "Andy" sur l'album de Frank Zappa "One Size Fits All". Il a également joué avec Sam Cooke, Herb Alpert et George Duke. Mais la popularité du Blues diminue, et l'ère de la musique Soul apparaît dans les années 1960. Watson se transforme en chanteur de Blues du Sud avec une imposante coiffure "urbaine" et un chapeau de "proxénète". Son style était empathique, les dents en or, des chapeaux a large bords, des costumes flashy, une mode hors norme, lunette de soleil et bijoux ostentatoires on fait de lui un des personnage les plus "coloré" de la scène Funk West Coast. Ce qui n'était pas qu'une apparence, Watson ainsi que Williams n'avait pas que des connectons musicales en commun, ils en partageait de moins avouables dans le monde criminel (proxénétisme et trafique de drogues). La mort dramatique de son ami Larry Williams en 1980 (il a été retrouvé à son  domicile de Los Angeles les mains attachées dans le dos et une balle dans la tête) et d'autres déboires personnel, conduit Watson à brièvement se retiré de la scène durant les années 1980. La parution de son album "Bow Woo" en 1994 apporte a Watson plus de succès dans les charts qu'il n'en a jamais connu. L'album a reçu une nomination au Grammy Award. En 1995, il reçu un Pionner Award de la fondation Rhythm and Blues lors d'une cérémonie de présentation de la performance à l'Hollywood Palladium. En février 1995, Watson est interviewé par Mahoney Tomcat sur la radio new-new-yorkaise de Brooklyn pour le show "The Other Half". Watson a longuement parlé de ses influences comme Guitar Slim, et aussi ceux qu'il avait influencés comme Jimi Hendrix, Frank Zappa et Stevie Ray Vaughan. Il a fait une apparition spéciale sur l'album de 1996 de Bo Diddley "A Man Amongst Men", jouant du Vocoder (Vocal-Coder, system utilisé pour reproduire la voix humaine) sur le titre "I Can't Stand It" et chante sur le morceau "Bo Diddley Is Crazy". Sa musique a été samplé par Redman (basé sur la saga Sooperman Luva, la chanson de Watson Superman Lover). Watson était toujours au courant de ce qui se passait autour de lui, se rappelle Susan Maier Watson (épouse du musicien) dans une interviewe, imprimé dans le livret de l'album "The Very Best Of" de Johnny Watson. Durant sa carrière, Watson enregistre sur quantité de labels dont : Federal - RPM - Keen - All Star - Class -King - Magnum - Okeh - Chess - Arvee et plus tard sur le label Anglais DJM records pour ne cité que ceux-là. Il était fier de pouvoir évoluer avec le temps et pas coincé dans le passé. Watson donne un ultime et "fatidique" concert au "Blues Cafe" le 17 mai 1996 à Yokohama, Japon, ou il s'écroule sur scène, victime d'un malaise, transporté a l'hôpital ou il succombe. Voici un de ses singles Okeh records 4-7270 sorti en 1967, tiré de l'album "Bad", "Wolfman/Hold On, I'm Comin'. Johnny Watson reviendra pour d'autres musiques !

     

    JOHNNY WATSON

     JOHNNY WATSON

            Wolfman          

    Hold On, I'm Comin'

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  • Teacho & The Students "Chills And Fever/Same Old Beat" sorti sur Okeh records en 1965 aux USA. Teacho Wiltshire de son vrai nom George Wiltshire, pianiste, arrangeur et chef d'orchestre réputé, a travaillé avec King Pleasure, Wilson Pickett, The Drifters, Solomon Burke, Jive Five, The Exciters, Chuck Jackson, Gene Pitney et Tommy Hunt, il est décédé en 1969. Pas d'infos sur le Girl groupe The Students. Une Northern Soul avec Chills And Fever et un R&B avec Same Old Beat, une reprise de Freddy Scott. Ici avec l'édition Okeh Philippines [4-7234] - Quezon City-

     

    TEACHO & THE STUDENTS

    Teacho & The Students

    Chills And Fever

     

     

     

    TEACHO & THE STUDENTS

    Teacho

    Same Old Beat

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • THE DETROIT CITY LIMITS

    Arrangé et produit par le saxophoniste compositeur-arrangeur Mike Terry, l’album "The Detroit City Limits Play Ninety-Eight Cents Plus Tax and Other Hits" inclus quelques reprises dont : "I Could Never Love Another" des Temptations, "Ain't Nothing Like The Real Thing de Marvin Gaye/Tammi Terrell, "By The Time I Get To Phoenix", "Think" d’Aretha Franklin entre autres, mais également quelques originaux dont le superbe Funky "Ninety-Eight Cent Plus Tax" ! Le nom du groupe "The Detroit City Limits" avec Eddie Willis (Funk Brothers) à la guitare, ne pouvait guère être plus approprié puisque ce sont des musiciens de studio de la "Motor City" peut-être même quelques autres Funk Brothers y ont-ils pris part ? Dès l’âge de 18 ans, Mike Terry produisait des sessions pour Berry Gordy aux United Sound Studios à Detroit à la fin des années 1950, puis travaille pour Motown entre autres. Un excellent album instrumental édité en 1968 sur Okeh Records OKS 14127 (stereo). Je ne post ici que deux titres, "Ninety-Eight Cent Plus Tax" et "Cowboys To Girls", l'album entier figurera sur mon autre blog album-only

     The Detroit City Limits - Okeh records OKS 14127 -1968-

    THE DETROIT CITY LIMITS

    THE DETROIT CITY LIMITS 

    Ninety-Eight Cent Plus Tax

     Cowboys To Girls

     

     

     

     

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique