• PETE TERRACE

    Pete Terrace, de son vrai nom Pedro Gutierrez, alias Peter Gutierrez, est né le 6 février 1927 à New York. Il partage sa passion entre l'écriture musicale et son interprétation. C'est un Compositeur, arrangeur, vibraphoniste, batteur et percussionniste de Latin Jazz et de Jazz Afro Cubain qui a connu ses heures de gloire avec le Cha-Cha-Cha et le Boogaloo. Il a également réalisé de nombreux arrangements latin pour d'autres compositeurs et dirigé en tant que leader, plusieurs formations de Jazz. Né de parents portoricains, Pedro Gutierrez baigne dans la musique dès son plus jeune âge, son père est disc-jockey à New York et Miami. Son frère Ray Terrace deviendra lui aussi musicien de Latin Jazz, c'est un batteur percussionniste accompli et reconnu dans les années 1960. Il a tout juste 13 ans lorsqu'il débute dans l'univers musical en 1940, tout d'abord au sein du Groupe "El Sexteto Caney", puis il enchainera avec d'autres orchestres et différentes formations de Jazz dont Jose Curbelo et Noro Morales. Entre deux concerts, il trouve tout de même le temps de réaliser des études dans une grande école assurant des formations au commerce (Commercial High School) avant d'effectuer 18 mois de service militaire dans l'US Army. A son retour à la vie civile, autour de 1947, il se choisi un pseudonyme à consonance américaine" Pete Terrace" (son frère prendra le même nom d'artiste) et devient le batteur attitré de Bartolo Hernandez. On le retrouve également dans les formations musicales de Buddy Rich, Joséphine Baker et Pupi Compo ou il fait la connaissance de Joe Loco, pianiste lui aussi d'origine portoricaine, qui s'apprête a fonder son propre groupe, le Joe Loco Quintet. En 1952, Pete Terrace devient vibraphoniste émérite et reconnu de Latin jazz, que convoitera George Goldner, le fondateur de Tico records. Ainsi courant 1952, Terrace rejoint la nouvelle formation avec qui il vient de signé chez Tico records. Ils enregistrent abondamment et publierons 6 albums de Mambo en l'espace de 2 ans et demi. Toujours avec Joe Loco et son orchestre, il enregistre comme vibraphoniste, percussionniste et arrangeur, 3 disques chez Fantasy records en 1954 et 1955 sous le nom de Pete Terrace Quintet. Il enregistre 9 albums pour Tico records de 1955 à 1961, avec quelques Hit dont "Shangry-La" au sein du groupe de Joe Loco, alias Pete Terrace Quintet. En 1962 il décide de changer d'horizon et signe avec Strand records. L'album "Dance Percussions" sort cette même année et revient à des sonorités latines plus rythmiques et percutantes. Son succès mitigé le conduira à changer de nouveau de label pour signer chez Colpix records, il enregistre coup sur coup 2 albums très calibré de sonorités et de rythmiques latines "Sabrosa Y Caliente" et "Viejos Pero Bueno-Latin Oldies But Goodies", ces albums illustre bien la transition entre le Latin jazz, les rythmes afro-cubains et la salsa naissante. Pete délaisse de plus en plus les sonorités classique du jazz pour se laisser porter vers les ingrédients du Boogaloo et de la salsa. Faisant une pause dans sa carrière musicale à partir de 1964, il décide de reprendre ses études avec une formation musicale longue et solide pour faire évoluer son style en se remettant en question. En 1966, il devient ainsi diplômé du prestigieux "Juilliard Conservatory of Music" avec mention et obtient son master l'année suivante. Son nouvel album "El Nuevo Pete Terrace" co-écrit avec Marty Sheller et enregistré courant 1966 sort fin 66 chez Scepter records qui aimerait bien que l'on pense qu'il s'agit d'un album de Boogaloo pour surfer avant l'heure sur la vague de 1967. Cette même années 1967 sera celle de sa consécration musicale avec l'album "King Of The Boogaloo" enregistré en live dans le club New-Yorkais "Chez José" sous la direction de Dave Miller et Marty Wilson. Ce dernier participe à la composition de 8 titres sur les 12 enregistrés, et deviendra aussi le producteur de l'album pour la maison de disques Alshire records, Somerset records USA et Allemagne et disques Vogue pour la France. Alshire records à été fonder par Al Sherman en 1964, il rachète Somerset records a David L. Miller et sort l'album de Pete Terrace sur A/S records (Alshire-Somerset) puis sur Somerset records. Le succès international de l'album est du à l'explosion d'une nouvelle danse sur la fin de l'année 1966 dans le Spanish Harlem de New York : le Boogaloo, mélange d'ingrédients épicé de la Soul Music et de l'exaltation du Latin jazz. Avec l'argent gagné de son album live "King Of The Boogaloo", et suite au déclin d'intérêt soudain des musiques latines vers la fin des années 1960, il fonde probablement autour de 1968, son propre label Mio international records centré sur la publication de disques de musiques latines, Jazz, Afro-cubaines et Portoricaines. Pete Terrace envisage alors, au travers de sa notoriété internationale, de faire découvrir la musique portoricaine à New York, ville où est basé cette nouvelle maison de disques. Pour cela, il signe des artistes portoricains : Eddie Hernandez, Louie Rey, Orquesta Miramar entre autres. Bien que d'une durée de vie commerciale très éphémère, elle connaitra un succès d'estime avec la publication de l'album "My Ghetto" de Kent Gomez and His Orchestra Mio MCS 1002. Elle assure aussi et surtout la publication des album de Terrace sous son propre nom, souhaitant relancé sa carrière musicale malgré la désaffection du public de l'époque pour ce genre de musique, en tentant de prendre le virage de la Salsa. Il tente aussi un Come Back sur le devant de la scène musicale en publiant une première série d'enregistrements studio très réussie, faite de Boléro latin, de Mambo et de Boogaloo, puis une compilation basée très largement de l'album "King Of The Boogaloo" titré "Latin Soul" espérant un vain succès qui aurait pu sauver sa maison de disques de la faillite. Mais celui-ci n'arrivera pas et précipite alors Pete Terrace vers une sortie de scène définitive courant 1971. Le label Mio International publiera ainsi donc de 1968 jusque 1971 neuf albums, du n° 1000 au n° 1008, ainsi que quelques singles. Après avoir digéré ses déboire et cette perte de notoriété subite, Terrace se retire de la scène et retombe dans l'anonymat pour redevenir Pedro / Peter Gutierrez et exercer la médecine à Puerto Rico. Voici quelques titres de son album"King Of The Boogaloo" sorti sur Alshire Somerset records A/S [SASR 101] USA 1967, Somerset records USA [SF 31400] 1967, l'album sort aussi en Allemagne et sur disques Vogue en France en 1967 [Vogue INT 19138] pour un superbe EP ainsi qu'un single en 1968 "Shotgun Boogaloo/Do The Boogaloo" série Fashion [80138] qui reprend la même photo du EP, et aussi quelques titres de l'album "Latin Soul" sorti sur Mio records [MCS 1008] en 1969 ? L'album Mio sort aussi au Brésil sur le label Joda records [LPI-702] en 1970 sous le titre "De Leve Bis" avec les même titres. La qualité sonore des enregistrements Mio et donc de Joda n'est malheureusement pas au rendez-vous....

     EP Français de 1967 - disques Vogue INT 18138

    PETE TERRACE

     

    Single Français de 1968 - disques Vogue série Fashion INT 80138

    PETE TERRACE

     

     

     Album "King Of The Boogaloo" A/S [SASR 101] de 1967 - USA

    PETE TERRACE

     

     

     Album "King Of The Boogaloo" Anglais de 1967 - Pye International NLP 28102

    PETE TERRACE

     

    PETE TERRACE

     

    PETE TERRACE

     

     

    I'm Gonna Make It

     

     

    D M Boogaloo

     

     

    Boogaloo Loo

     

     

    It's Boogaloo Time

     

     

     Album "Latin Soul" Mio International 1008 de 1969 ?

    PETE TERRACE

     

    PETE TERRACE

     

     

    Album "De Leve Bis" édition brésilienne de l'album "Latin Soul" Mio International 1008, sorti sur le label Joda records [LPI-702] en 1970 - Pochette ouvrante.

     

    PETE TERRACE

     

    PETE TERRACE

     intérieur de la pochette 

    PETE TERRACE

     

    PETE TERRACE

     

     

    Oregano

     

     

    Latin Sauce (version de Shotgun)

     

     

    Get Up

     

     

     

     Single A/S records 4502 (Alshire/Somerset) de 1967

    PETE TERRACE

     

     

    Shot Gun  (Boogaloo)

     

     

     


    2 commentaires
  • THE TOPPER'S

    The Topper's "Caminando Por Sunset/Soñaba Con El Perro De Tom" , version de Bumpin' On Sunset de Wes Montgomery, sorti par le célèbre dj Argentin Pato C sur le label Argentin Disc Jockey TS 1462 avec un groupe local, The Topper's en 1975. Caminando Por Sunset est aussi sorti sur un album various "Hot Top Music" volume 1 avec d'autres groupe Argentins tel que Watts 69 et aussi des groupes Brésiliens comme Angelo Antonio, toujours sur le label Disc Jockey [ 30102 ] produit par Rodriguez Luque. Voici donc la version "Latino Soul" de Bumpin' On Sunset.

     L'album various "Hot Top Music" Vol 1 - Disc Jockey 30102

    THE TOPPER'S

     

    Le single Argentin Disc Jockey TS 1462 sorti en 1975.

    THE TOPPER'S

    THE TOPPER'S

     

     

    "Caminando Por Sunset"

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    HECTOR RIVERA

    Hector Rivera, talentueux pianiste, compositeur, arrangeur, chef d'orchestre et producteur né le 26 janvier 1933 à Manhattan (New York) de parents portoricains est décédé le 8 janvier 2006 à New York. Il fait ses débuts professionnel avec le groupe de rumba de José Rodriguez. Hector reste un musicien méconnu, qui a été sous-estimé, il est pourtant l'un des contrubuteurs de la musique Latine. Il a composé, arrangé et produit pour beaucoup d'artistes, il eu aussi son propre orchestre. Il fait son premier enregistrement en 1957 avec l'album qu'il a entiérement composé et arrangé "Let's Cha Cha Cha" sur le label Mercury, accompagné par Machito et son orchestre. Après cet album, il a travaillé avec beaucoup, dont Arsenio Rodriguez et a remplacé Charlie Palmieri dans l'orchestre de Vicentico Valdes de 1958 a 1964. Il collabore entre autre avec Ray Barretto et Joe Quijano, et aussi avec le label Rampart de Eddie Davis. Tout en restant avec Valdes, il enregistre au début des années 60 deux albums sur Epic records "Charanga & Pachanga" et "Viva Rivera" avec Manny Oquendo aux Bongos et Santo Colon, Rudy Calzado et Valdes au chant. Il participe aussi a plusieurs albums de Joe Cuba, dont "Steppin Out" en 1962. il obtient un Hit avec le single Boogaloo/Latin Soul "At The Party" en 1967 figurant aussi sur l'album Latin soul du même nom "At The Party with Hector Rivera" sur le label Barry records, avec le superbe Latin Soul "Drown My Heart" et la magnifique ballade "My Foolish Heart" chanté par le jeune et talentueux David Coleman. Rivera poursuit avec l'album Latin Soul  "Hecto-Mania" en 1969 avec Esteban Diaz au chant et Ricardo Ray, Bobby Cruz aux choeurs. Il joue et fait les arrangements sur l'album de Joe Cuba "Joe Cuba Sextet presents The Velvet Voices Of Jimmy Sabater" , il collabore aussi avec la chanteuse La Lupe. En février 2000, l'organisation Latino "The Point Community Developement Corporation" située dans le quartier "The Hunt point" dans le Bronx, décerne un Award a Hector Rivera ainsi qu'a neuf autres musiciens pour leurs contributions à la musique Latine. Malheureusement, il contracte la maladie de parkinson et serait mort de pneumonie en 2006. dans cet article, le superbe album "At The Party with Hector Rivera" sur Barry records 101 de 1967, avec "Drown My Heart" et "My Foolish Heart" (chanté par david Coleman) ainsi que son single sur Barry records 1020 "I Want A Chance For Romance/Hueso (We-So) sorti en 1967.

    HECTOR RIVERA

     

    HECTOR RIVERA

     

     "Drown My Heart"

     

     "My Foolish Heart"

     

     

     

     HECTOR RIVERA

     

     "I Want A Chance For Romance"

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    The Braceros "Spanish Moss/Sunny" sorti sur le label Vault 930 en 1966. Deux superbes Latin Soul dont une version du titre de Bobby Hebb "Sunny" produit par Jack Lewerke créateur du label Vault records avec Ralph Kaffel, ils était aussi propriétaires d'une chaine de magasin de disques. Lewerke a été producteur Jazz pour Atlantic records, travaillant parfois avec Phil Spector. Le mot Bracero est un terme Espagnol qui signifie "ouvrier manuel" celui qui travail avec ses bras. Il y eu un progame aux USA en 1942 nommé Bracero, une série de lois et accords diplomatique entre les Etats-Unis et le Mexique pour employer des travailleurs en contrat temporaire du Mexique vers les Etats-Unis. Peut-être/sans doute que ce groupe sur Vault records c'est inspiré de cela pour leurs nom ?

    THE BRACEROS

     

     

    "Spanish Moss"

     

    "Sunny"

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    HERBIE MANN - LATIN FEVER

    Herbie Mann, de son vrai nom Herbert Solomon, est un flûtiste de Jazz Americain né le 16 avril 1930 et décédé le 1er juillet 2003. Dès la fin des années 50, Herbie Mann a contribué à faire de la flûte un instrument de Jazz. Mann a souvent incorporé dans sa musique des éléments tirés de la musique Africaine, la musique Afro-cubaine, la musique d'Europe de l'Est, la musique Moyenne-orientale, la musique Indienne et la musique Brésilienne. LATIN FEVER !

    HERBIE MANN - LATIN FEVER

    HERBIE MANN - LATIN FEVER

     

    "Fever"

     

    "Harlem Nocturne"

     

    "Down By The Riverside"

     

    "You Came A Long Way From St. Louis"

     

     

     

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique