• ART GRAYSON

    Le chanteur et guitariste Art Grayson est né et a grandi à Montgomery, en Alabama. Il a toujours eu un intérêt pour la musique, un désir de carrière d’entrepreneur dans les affaires et le besoin de servir sa communauté. Il a pu combiner tous ces objectifs par ses études à la Alabama State University, où il a étudié le commerce et la musique. C'est également à l'université que Art a rencontré son épouse Barbara, partenaire de vie pendant plus de 45 ans. Ensemble, ils ont élevé trois merveilleux enfants et sont grands parents de huit petits-enfants. Au début des années 1960, Art consacre son temps et son énergie au mouvement des droits civiques et à ses principes humanitaires. Il a marché avec le révérend Martin Luther King, Fred Shuttlesworth et le Dr. Ralph Abernathy, devenant ainsi une partie intégrante des enjeux et des projets du mouvement. Dans les années 60 et 70, la carrière musicale d’Art prend de l’essor. Il est sélectionné pour le premier casting entièrement noir de l'émission télévisée "The Beat", avec des talents tels que Carla Thomas, Marvin Gaye, Brook Benton et Diana Ross. L’émission était diffusée à Birmingham tous les samedis, à minuit, sur la chaîne 6. Mais sa principale opportunité a été lorsque le DJ Hoss Allen de WLAC a commencé à diriger sa carrière, lui obtenant le poste de second guitariste du Gatemouth Brown’s Band, premier groupe de studio de l’émission télévisé "The Beat". Plus tard, il deviendra une partie des Commodores d'origine, avant l’arrivée de Lionel Richie, quittant ensuite le groupe pour former le sien, The Art Grayson Combo. Allen’s Rogana Production (Hoss Allen) a également été à l’origine des trois singles d’Art Grayson, qui méritent toutes attentions. Le premier résultat de cette collaboration a été "Oh My Heartache/Bad Dreams" édité en 1964 sur 4 Corners, filiale de Kapp Records, soutenu par The Graysettes. Le second single "Better Hush/Love Is Hurt" et édité en 1965 sur Congress Records, une autre filiale de Kapp Records, également soutenu par The Graysettes. Son dernier single "When I Get Home/Be Ever Mine" est édité en 1966 sur HBR Records, sans le soutien des Graysettes, Deux belles ballades deep soul, avec une guitare en vedette surtout sur "Be Ever Mine" probablement de Grayson lui-même, mais le meilleur est avant tout la voix. 

    ART GRAYSON

    Grayson était une personne aux multiples facettes musicales. Il a gagné sa vie comme compositeur, producteur, propriétaire d’étiquette, chanteur et guitariste. Par exemple, il a produit les premiers singles du héros de la Soul sudiste Don Varner et de sa femme Brenda (Duff) sur son propre label Downbeat. Pour Don "Here Come My Tears Again" et pour Brenda Duff "The Army’s Got Me Crying" tous deux des Southern deep soul de première classe, enregistrés aux Studios Fame. Après une carrière musicale réussie, Art part s'installer à Birmingham et ouvre The Palace Night Club. Les légendes de la musique et les habitants s’y retrouvent pour profiter des animations proposées par le club. Aujourd'hui, vous pouvez trouver cet homme aux talents et aux intérêts divers servant un déjeuner aux citoyens de Birmingham ou dans une salle de conseil avec d'autres dirigeants municipaux promouvant le développement communautaire. C'est un individu discret avec un amour évident pour la famille et la communauté. Il fut également président de l'association de quartier Acipco-Finley. Se consacrant également à une carrière de designer graphique, une autre de ses passions. Je propose donc ses trois singles auquel j’ajoute "I Got Soul" une chanson faite pour l’émission télévisé "The Beat", édité uniquement en 2010 sur SuperBird, regroupant tout (ou en partie), ce qui avait été retenu des différentes diffusions sur un cd intitulé "Hoss Allen’s 1966 Rhythm & Blues Revue".  

     

     4 Corners FC 4-106 - 1964

    ART GRAYSON

    Bad Dream

     Oh My Heartache

     

     

     

     Congress CG-233 - 1965

    ART GRAYSON

    Better Hush

     Love Is Hurt

     

     

     

     HBR 462 - 1966

    ART GRAYSON

    When I Get Home

    Be Ever Mine

     

     

     

     SuperBird SBIRD 0025 CD - 2010

    ART GRAYSON

     

    I Got Soul * Art Grayson

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • THE MEGATONS

     The Megatons était un des projets de Billy   Lee Riley (guitare - harmonica) avec   Jimmy Wilson au piano et Martin Willis au   saxophone et à la batterie. Jimmy Wilson   était pianiste des Studios Sun dans les   années 50’, le saxophoniste Martin willis   était un des membres du "House Band"   des Studios Sun. Billy Lee Riley est un   chanteur guitariste-harmoniciste de   Rockabilly né le 5 octobre 1933 à   Pocahontas, Arkansas, surtout connu   pour ses enregistrements pour Sun   Records, Memphis. Riley fait également   parti du groupe maison de Sun Studio   "The Little Green Men". En 1960, il quitte   Sun et lance le label Rita Record avec   Roland Janes. Il créé ensuite deux autres   labels, Nita et Mojo. En 1962, il s'installe   à Los Angeles et travaille comme   musicien de soutien avec Dean Martin, les   Beach Boys, Herb Alpert, Sammy Davis   Jr. et bien d’autres, et enregistre sous   divers pseudonymes. Au début des années soixante-dix, Riley quitte la musique pour revenir en Arkansas afin de lancer sa propre entreprise de construction. Redécouvert par Bob Dylan en 1992, fan depuis 1956. Son album Hot Damn! (Capricorn, 1997) a été nominé pour le Grammy. Riley décède d'un cancer du côlon le 2 août 2009 à Jonesboro, dans l'Arkansas. 

    THE MEGATONS

    Billy Lee Riley, Jimmy Wilson et Martin Willis enregistrent donc un single sous le nom de The Megatons "Shimmy, Shimmy Walk Pt. 1&2" édité en 1961 sur Dodge Records 808 et que je post ici. Le single est également édité en 1962 sur Checker Records [1005] ainsi qu’en Belgique en 1963 en split single sur Fly Records Americain, une filiale de Ronex, avec en face A Big Walter And His Thunderbirds "Feelin' A Little Worried" et en face B The Megatons. Un deuxième single édité sur Forest Records figure dans leur discographie, mais pas sur qu’il s’agisse du même groupe, et donc de ce fait je préfère ne pas en parler sans plus d’informations.  

     

    THE MEGATONS

     

     

     

    Dodge Records première édition - 1961 

    THE MEGATONS

    Deuxième édition Checker  Records - 1962 

    THE MEGATONS 

    Edition Belge split single Fly Records Americain - 1963

    THE MEGATONS

    THE MEGATONS 

    Shimmy, Shimmy Walk Pt. 1

    Shimmy, Shimmy Walk Pt.2

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • MARY JOHNSON - CHICAGO SOUL SINGER

    Mary Johnson - malgré un évident talent et sa belle voix puissante - est parmi les Soul/blues women les plus négligées de Chicago. Née à Biloxy, dans le Mississippi, le 7 avril 1943, elle se retrouve à Chicago deux ans plus tard, sur la côte ouest. Elle a été présentée à Richard Stamz - légendaire disc-jockey et propriétaire de labels - car sa sœur connaissait le frère du pianiste et chanteur de Blues et Soul : Harold Burrage, alors en contrat chez Stamz pour Paso et Foxy Records (deux labels de Stamz). Johnson n'avait alors que dix-sept ans, elle fréquentait toujours le lycée Marshall Hight school et apprenait la musique. Burrage la présente à Stamz qui lui fait enregistrer deux 45’s sur son label Foxy, tous avec Freddy Robinson à la guitare. L’influence gospel est visible sur toutes ses chansons. Le premier single "These Tears" et rythmé et entraînant avec une guitare de Robinson brève mais savoureuse, couplé à la ballade "Lost Love" avec appuis de chœurs. S’ensuit "Goin' Home" avec un groove très gospel et un solo de Robinson, court mais percutant, couplé a "Wishing" une autre belle ballade. Johnson a par la suite enregistré un single pour Federal Records (1963) "You Have My Blessings/Hard Forgetting Memories". En 1965, à New York (où elle travaillait à l’époque) elle enregistre pour Sue Records sous le nom de Marjorie Black, produit par Robert Bateman. Elle vit toujours sur la côte sud de Chicago mais d’après certaines sources, ne serait pas en bonne santé. Je propose aujourd’hui ses singles sous (son nom) de Mary Johnson, ses deux singles sur Foxy : "These Tears/Lost Love" Foxy 001 édité en 1961 et "Goin' Home/Wishing Foxy 004 édité en 1962, ainsi que celui sur Federal "You Have My Blessings/Hard Forgetting Memories" [45-12506] édité en 1963. J’ajoute également une version alternative de "These Tears" figurant sur le cd Foxy R&B - Richard Stamz Chicago Blues - édité en 2013 par Ace Records. A noter que le premier single Foxy et réédité - toujours en 1961 - sur Queen Records 45-24001. * Ne pas confondre Mary Johnson ici pressente avec l’autre Mary Johnson née Mary Smith en 1900 à Eden Station, Mississippi, décédé en 1970.

     

    MARY JOHNSON - CHICAGO SOUL SINGER

    Lost Love

     These Tears

     

     

     

     

    MARY JOHNSON - CHICAGO SOUL SINGER

    Goin' Home

     Wishing

     

     

     

     

    MARY JOHNSON - CHICAGO SOUL SINGER

    You Have My Blessings

    Hard Forgetting Memories

     

     

    * BONUS *

    These Tears - version alternative

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • MICKEY AND HIS MICE

    Wilfred "Mickey" Fields était un saxophoniste de la région de Baltimore, une légende locale qui refusait de jouer en dehors de sa région de Baltimore, bien qu’il ait été invité plusieurs fois a prendre la route pour des tournées avec de nombreux groupes célèbres. Il est reconnu comme l'un des saxophonistes de jazz les plus connus de Baltimore et a été le mentor de nombreux autres musiciens de jazz, dont Paul H Brown. Mickey a créé la "Monday Night Jam Session" au Sportsman's Lounge, qui a permis à de nombreux jeunes musiciens de jazz de se produire sur scène. Il était également connu pour ses encouragements constants des jeunes artistes. Fields est né en 1932 de James et Etta Fields, à Towson, dans le Maryland, et était l'un des sept enfants. À un jeune âge, Fields a réalisé qu'il était naturellement doué pour la musique. Il avait une "oreille absolue" et était un musicien autodidacte, jouant à peu près tous les instruments sur lesquels il pouvait mettre la main. À l'âge de 14 ans, il a lui-même appris à jouer du saxophone. L'histoire est que son frère aîné, Warren, a remporté un saxophone dans un jeu alors qu'il rentrait chez lui à bord d'un navire après la seconde guerre mondiale. Quand Mickey l'a trouvé dans le placard, il a su que c'était l'instrument pour lui. Fields a commencé sa carrière avec le groupe de blues jump The Tilters. En tant qu'artiste solo, il a enregistré sur Atlantic Records et Groove Merchant. Howard Earl Washington, batteur de jazz de la région de Baltimore, était un autre membre des Tilters. Les Tilters ont joué pour la grande Ethel Ennis. Fields a ensuite enregistré plusieurs chansons avec son groupe "Mickey And His Mice", intitulé "Cracker Jack", connu comme l’un des 100 titres les plus funky jamais créés et le populaire "Little Green Apples". Il a ensuite enregistré un album avec le grand Richard "Groove" Holmes, pour le label Edmar (New Jersey). Fields a également joué avec sa talentueuse sœur, Shirley Fields, qui a été chanteuse pendant de nombreuses années et qui a également joué un rôle important dans la Jazz société de Baltimore. 

    MICKEY AND HIS MICE

    Il a également été reconnu comme un musicien majeur de l'ère du swing. Au début des années 1950, Fields rencontre Constance Wozniak dans un club de jazz local, qu'il épouse en 1956 et avec qui il eut deux enfants, Michael et Jacqueline. Comme il était illégal pour les Afro-Américains et les Caucasiens de se marier au Maryland, ils devaient se rendre à Washington, DC pour se marier. Au cours de ses dernières années, Fields a souffert d'une sévère goutte provoquant une déformation de ses mains. Mais cela ne l'a jamais empêché de jouer de son saxophone. Il s'est adapté pour jouer avec sa difformité. Fields a continué à jouer pour ses nombreux fans jusqu'à ce qu'il tombe très malade d'une maladie rénale en octobre 1994. Il décède à l'âge de 62 ans le 16 janvier 1995 à l'hôpital Johns Hopkins de Baltimore, Maryland. Ses funérailles ont été l'une des plus grandes jamais organisées pour un musicien local. Il a ensuite été intronisé dans le Great Blacks in Wax Museum de Baltimore, dans le Maryland, comme l'un des plus grands saxophonistes de jazz jamais connus. L'influence musicale de Fields vit encore aujourd'hui à travers ses enregistrements et ses innombrables protégés ici à Baltimore et dans le monde entier. Je propose ici un ses trois singles sous le nom de Mickey And His Mice "Cracker Jack/Abraham, Martin & John" édité sur Marti Records M 402 en 1970 (Baltimore). Sous ce nom, il enregistre deux autres singles pour le label New Yorkais Samar Records.

     

    MICKEY AND HIS MICE

    Cracker Jack

    Abraham, Martin And John

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • PAUL & RICK

    Paul & Rick semblent n'avoir enregistrés qu'un seul single "Hen House/After Hours" édité en 1967 aux USA sur le label Accent Records AC 1221. L'instrumental "Hen House" est composé par le saxophoniste Rick Fay (membre des groupes : Rick Fay with Strings et The Grand Floridian Society Orchestra) peut-être le Rick ici présent, concernant Paul, je n'ai pas trouvé d'infos ! Le singles est également édité en France sur disques vogue en 1969 ainsi qu'au Portugal sur Tecla Records TE 20014 , probablement aussi en 1969. L'édition Portugaise place "After Hours" en face A (Blues composé par Averry Parrish et Robert Bruce en 1940). Je post ici l'édition Portugaise. Merci a ceux qui savent pour toutes infos sur le groupe !! Up date : Le Rick ici présent est bien Rick Fay, saxophoniste né le 25 décembre 1926 à Chicago, décédé le 22 mars 1999 à Orlando (Floride) ayant beaucoup enregistré et longtemps travaillé pour les studios Disney et Disneyland. Paul est Paul Reid, un organiste/pianiste de jazz qui a jouer et enregistré à plusieurs reprise avec son compère Rick Fay. Merci Gérard Herzhaft pour ces précieuses infos !

     

    PAUL & RICK

    PAUL & RICK

    After Hours

    Hen House

     

     

     

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires