• THE CHECKMATES LTD.

    The Checkmates, Ltd. est un groupe de R&B originaire de Fort Wayne (Indiana), découvert par la chanteuse Nancy Wilson, comprenant les membres - mixte, noir et blancs - suivant : Sonny Charles, de son vrai nom Charles Hemhill, lead vocals ; Bobby Stevens, vocals ; Harvey Tress, guitar ; Bill Van Buskirk, bass ; Marvin "Sweet Louie" Smith, drums, vocal ; Calvin Thomas, drums et Jimmy Milton, vocals. Leur succès majeur a été "Black Pearl" de 1969, produit par Phil Spector. La chanson a atteint le #13 dans le pop chart américain. Leur reprise de "Proud Mary" - de Creedence Clearwater Revival - a atteint le #30 dans le UK Singles Chart en fin 1969. Ils enregistrent plusieurs albums et singles, dont certains sous le nom de Bobby Steven & The CheckmatesLTD. et d’autres sous le nom de Sonny Charles & The Checkmates LTD. sur divers labels, Capitol - A&M - Rustic - Fantasy - Guccy - Ikon etc. Le groupe se sépare en 1970, mais se réunissent en 1974 pour quelques années, jouant (la même année) dans le film ‘Blaxploitation’ The Black Connection/Run Nigger Run, comme acteur et interprétant le thème principal du film. Ils se produisent sur scène avec des artistes tel que Frank Sinatra et Herb Alpert, et ont chanté l’hymne National pour le "Thrilla in Manila" en 1975 - Troisième et dernier combat de Mohammed Ali contre Joe Frazier. Le chanteur Sonny Charles a par la suite une carrière solo avec des succès mitigé. Charles et Smith se retrouvent par la suite, et font des tournées aux États-Unis dans les années 2000. "Sweet Louie" Smith (né Marvin Smith) est décédé le 15 décembre 2007 d’une crise cardiaque, alors qu’il se trouvait sur un navire de croisière dans les Caraïbes où il devait jouer avec Sonny Charles, il avait 68 ans. Je poste ici leur premier single "Do The Walk (The Temptation Walk)/Glad For You" - deux excellentes Soul "Popcorn" - édité en 1966 sur Capitol Records, qui curieusement ne figure pas sur leur premier album Capitol Rec.

     

    THE CHECKMATES LTD.

    Do The Walk (The Tempation Walk)

     Glad For You

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • JOCKO HENDERSON

    Douglas Wendell Henderson Sr. alias "Jocko" Henderson (né le 8 mars 1918 à Baltimore, décédé le 15 juillet 2000) était un homme d’affaires et Disc-Jockey de radio américaine. Son "Hello  Daddy-O and Mommy-O This is Jocko" faisait fureur à Philadelphie, et plus tard à New York. Son truc était les rimes des mots comme, "eee-tiddlee-yock, this is the Jock" ou "oo-papa-doo, how do you do". Il était le premier à le faire, et cela a fonctionné. Son fan club comptait 50 000 personnes à ce moment-là. Son entrée en scène était légendaire, à l’aide d’une fusé suspendue à des fils. Il y avait des effets sonores et de la fumée. Vraiment un spectacle à voir. Ses balancements fluides "talk overs" ont été imités par la première époque du Rock and Roll et est devenu l’une des principales sources pour le rap. Bien que son influence sur le hip-hop ait été cruciale, il a également inspiré les ‘toasters’ des premiers deejays de sound system jamaïcain. Certains disent que Jocko fabriquait des shows de radio émis aux Caraïbes depuis Miami, devenant la norme des deejays jamaïquains. Une autre histoire prétend que le promoteur et producteurs des Sound system, Coxsone Dodd a rencontré Jocko sur un de ses enregistrement durant un voyages aux États-Unis et a encouragé son dee-jays à imiter le style Jocko. Quoi qu’il en soit, son influence a atteint la Jamaïque avec des titres tels que "The Great Wuga Wuga" par Sir Lord Comic et "Ace From Space" par U. Roy qui ont le phrasé et les tics verbale (complètement approprié) de ce qu’avait l’habitude de faire Jocko. Lorsque Kool DJ Herc a adapté le Sound System jamaïcain aux fêtards de New York City, l’adresse stylisée au public, qui accompagnait le son lourd de la basse, avait les rimes et le jive du bagou de Jocko. Henderson a commencé sa carrière de radiodiffusion en 1950 à la station WBAL de Baltimore, et en 1953, commence à émettre à Philadelphie où il animait une émission intitulé "Jocko Rocket Ship Show", un noir qui présente des dance party télévisé, précurseur du ‘Soul Train’ (Don Cornelius).

    JOCKO HENDERSON

    Henderson a également été diffusée sur les stations de Saint-Louis, Detroit, Miami et Boston. Il a également fait plusieurs apparitions comme M.C. (Maître de cérémonie) de Rythm and blues shows et a travaillé à grande échelle dans des salles de bal. Jocko a également fait quelques enregistrements, notamment un single sur Wand Records en 1961, et plus tard sur Philadelphie International Records, enregistrant du Rap, ainsi qu’un single ‘Hip Hop’ sur Sugar Hill Records, label de Sylvia Robinson, un titre composé par lui-même et Sylvia Robinson, obtenant sa première vague de popularité avec ses productions Rap. Parallèlement, Jocko fonde Main Line Records et G&H Music avec Barry Golder. En 1979, à la suite de "Rapper's Delight" du groupe The Sugar Hill Band, Philadelphia international sort "Rythme Talk", un morceau instrumental composé par G. McFadden, J. Whitehead, J. Cohen et Jocko, couplé à "Ain 't No Stoppin 'Us Now" sur lequel Jocko distille son incroyable répertoire de formules orales. En 1978, Henderson fait une tentative ‘infructueuse’ pour un siège à la Chambre des représentants des États-Unis dans le 2ème arrondissement du Congrès de Pennsylvanie. Dans les années 1990, il a continué à faire le dee-jay sur des stations oldies.

    JOCKO HENDERSON

    Il est mort en 2000, après une longue bataille contre le cancer et le diabète. The Broadcast Pioneers Of Philadelphia intronise Henderson dans leur Hall of Fame en 2004. Dans une interview de 2013, Questlove (percussionniste, multi-instrumentiste, DJ, Journaliste musical et producteur) décrit Jocko Henderson comme "officieusement" le premier MC adaptant le style jazz du chant scat dans la fin de l’ère disco. Il a eu une influence majeure sur les premiers rap et hip-hop à Philadelphie à la fin des années 1970. Je poste son premier single, édité aux USA en 1961 sur Wand Records, mais ici avec une belle édition Française d’un split EP sur Vogue [ELP. 8172] édité en 1963, et qu’il partage avec The Kingsmen. "A Little Bit Of Everything" couplé à "Blast Off To Love" qui, comme son ‘Jocko Rocket Ship Show’ démarre.. ….....avec une fusé, pas étonnant vu le titre de la chanson ! Deux Soul/R&B ‘Popcorn’. Je ne poste que les titres de Henderson puisque c’est de lui dont il est question ici. Pour The Kingsmen - bien que cela m’est agréable d’écouté - je ne sais pas si je posterais, car ce n’est pas vraiment le genre musical du blog…..mais pourquoi pas, ce qui est agréable à mes oreilles, l’est peut-être aussi pour celles des Soul fans qui suivent ce blog !   

     

    JOCKO HENDERSON

    JOCKO HENDERSON

    A Little Bit Of Everything

     Blast Off To Love

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • PHIL UPCHURCH - FRENCH EP

    Phil Upchurch (né le 19 juillet 1941, Chicago, Illinois) est un guitariste et bassiste américain de Soul/R&B et Jazz. Upchurch a commencé sa carrière en travaillant avec The Kool Gents, The Dells The Spaniels avant de travailler avec Curtis Mayfield, Otis Rush et Jimmy Reed. Son association avec Dee Clark, membre des Kool Gents, continue dans la carrière solo de Clark, c’est Upchurch qui joue le solo de guitare sur "Raindrop" (1961). Il retourne ensuite à Chicago pour jouer et enregistrer avec Woody Herman, Stan Getz, Groove Holmes, B.B. King et Dizzy Gillespie. En 1961, son album "You Can't Sit Down" se vend à plus de 1 million d’exemplaires et a reçu un disque d’or, pour l’occasion, Phil Upchurch est accompagné par son combo dont les membres sont : Cornell Muldrow, orgue - David Brook, Saxophone - Mac Johnson, Trompette et Joe Hoddrick, drums. Durant les années 1960, il part en tournée avec Oscar Brown, il figure sur l’album live de 1965, M. Oscar Brown Jr. Goes To Washington. De retour de l’armée en 1967, il enregistre avec Richard Evans, John Lee Hooker, Grover Washington, Jr. et Cannonball Adderley. Upchurch faisait partie du groupe The Soulful Strings durant les années 1960, avant de travailler avec Rotary Connection sur Cadet Records. Dans les années 1970, il travaille avec Ramsey Lewis, Quincy Jones et dirige son propre quartet avec Tennyson Stephens. Du milieu des années 1970 et 1980, il joue avec George Benson, Lenny Breau, Mose Allison, Gary Burton, Joe Williams, Natalie Cole, Carmen McRae, Cat Stevens, Michael Jackson et Marlena Shaw. Il travail, dans les années 1990, avec Jimmy Smith et Jack McDuff. Il enregistre durant sa carrière, quantité d’albums et singles sur différents labels dont : Boyd - United Artists - Mileston - Cadet - Blue Thumb - Kudu - Marlin - Jam et bien d’autres. Son fils est le batteur, Sean Rickman. Il épouse en septième noce l’actrice Sonya Malddox. Je poste ici son unique EP Français édité en 1962 sur United Artists [36026] distribué par Barclay. Pour les albums, voir album-only 

     

    PHIL UPCHURCH - FRENCH EP

    PHIL UPCHURCH - FRENCH EP

    Here It Is

     Fill Up

     The Swivel Pt.1

     The Swivel Pt.2

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L’énigmatique Tom Perkins semble n’avoir été édité qu’en France, des titres instrumentaux dédiés à la danse, en l’occurrence le Twist ! Petite discographie pour Perkins, un single "Black Sun Twist/Last Twist" édité sur RCA Victor, fabriqué en France par A R E A, des titres signés Don Steinway, pseudonyme ou son nom ? Les titres du single, plus d'autres, sont également édité sur un album  - toujours en France - en 1963 sur RCA et qu’il partage avec Billy Sax, de son vrai nom Armand Migiani, saxophoniste Français, conducteur et arrangeur, intitulé "Twistez Le Madison" tout un programme !! Je poste ici son 45T édité en 1962 sur RCA "Black Sun Twist/Last Twist".....Let's Go !!

     

    TOM PERKINS

    Black Sun Twist

    Last Twist 

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • BARBARA ACKLIN

    Barbara Acklin, chanteuse et compositrice de Soul, née à Oakland, Californie, a commencé à chanter à l’âge de 11 ans comme soliste à l’église baptiste de New Zion. A l’adolescence, elle se met a chanter dans les boites de nuit à Chicago. Après avoir obtenu son diplôme de traductrice à Dunbar High School, elle travaille comme Secrétaire chez St. Lawrence Records. Son premier disque est sorti sur le label Spécial Agent Records, subsidiaire de St. Lawrence, sous le pseudonyme de Barbara Allen et a été produit par son cousin, le producteur et saxophoniste Monk Higgins. Elle a également travaillé comme choriste chez Chess Records sur des enregistrements de Fontella Bass, Etta James, Koko Taylor, et d’autres, produits par Higgins. Mariée à Eugene Record, leader du groupe The Chi-Lites, elle est surtout connue pour son hit "Love Makes A Woman". Active de 1960 aux années 1970, essentiellement pour Brunswick Records, produit par Carl Davis, puis sur Capitol Rec. Elle enregistre six excellents albums et quantité de singles, dont des duos avec Gene Chandler, ainsi que la chanson "I Am The Same Girl" (composé par Eugene Record et William Sanders), que bien que Barbara ait enregistré en premier (en 1968), le producteur Carl Davis a retiré sa voix de la piste, et l’a remplacé par un solo de piano par Floyd Morris et sorti la version instrumental en novembre 1968 sous le titre "Soulful Strut" crédité à Young-Holt Unlimited. Mais, ni Eldee Young ni Issak Holt sont censé avoir joué sur la piste, qui fut l’œuvre de musiciens de session du groupe de Studio de Brunswick. La version de Barbara Acklin sort en février 1969 et a atteint #33 dans le classement R&B, et #79 dans les charts Pop. Je poste donc cette première version (vocal) de "Soulful Strut/I Am The Same Girl" qui est son sixième single sous son nom. Barbara Acklin reviendra avec d'autres singles !

     

    BARBARA ACKLIN

    I Am The Same Girl

     Be By My Side

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires